LES 3 VILLES SOEURS

Sont ainsi nommés Eu, Mers Les Bains et Le Tréport

Le Tréport est un port de pêche et une station balnéaire animée en été avec sur le quai de nombreux restaurant, bars, commerces… Une bande de mouettes effrontées sème la terreur éclaboussant souvent au passage ! Au bout du quai, une imposante falaise et sa longue plage de galets. Quelle idée d’avoir construit face à l’esplanade cette sinistre rangée de béton ! Du calvaire des Terrasses, on a une vue sur le site des trois villes sœurs,jusqu’au Hourdel et l’estuaire de la Somme. Du Tréport Terrasse, on peut segarer et emprunter soit les 378 marches de l’escalier pour descendre en bas de la ville ou encore emprunter le funiculaire. Entre le Tréport Terrasse et le quai, se trouve l’ancien hôtel de ville, bâtiment en mosaïque de silex et de brique (au pied des escaliers, à gauche). En remontant l’église saint Jacques date de la 2e moitié du 16e. Un portail renaissance s’ouvre sous le porche-abri moderne.

   

   

   

   

   

   

       

Mers les bains est remarquable pour ses résidences au bord de mer de style « Belle Epoque ». Plus calme que Le Tréport, elle n’a rien à envier à sa jumelle normande… Mers les bains et Le Tréport possèdent toutes deux une plage de galets et des falaises de craie. Du point de vue architectural, Mers les Bains est plus intéressante. Pour s’en convaincre, il faut traverser la zone portuaire du Tréport, passer par la capitainerie, la gare pour attendre l’esplanade.

   

   

   

   

       

       

       

       

       

       

       

   

   

En montant a Notre Dame, on a une jolie vue sur les falaise du Tréport.

   

Eu, la ville royale est à l’encablure de la mer et à deux pas de la forêt, c’est une jolie petite ville où j’ai passé quelques années, riche de souvenirs. Elle s’étage au pied de sa collégiale. Elle est dédiée à la vierge et à St Laurent O’Toole. C’est un édifice gothique du 12e et 13e dont l’abside a été refaite au 15e. Viollet le Duc l’a restauré au 19e. A l’extérieur, on remarque le chevet et les bas-côtés, aux nombreux contreforts surmontés de clochetons et de pinacles. A l’intérieur on trouve la statue de Notre-Dame d’Eu d’un des frères Anguier (qui a participé à la décoration du Louvre et du Val de Grace à Paris). Au fond, du chœur, reliquaire contenant les reste de St Laurent. Sous le chœur, la crypte voutée d’ogives restaurés par le duc d’Orléans, futur Louis-Philippe qui y regroupa les mausolées des comtes d’Eu. On peut voir aussi le gisant de St Laurent O’Toole (12e-13e).

   

   

Juste en face, le château actuel qui se dresse à l’emplacement de l’ancienneforteresse où Guillaume le Conquérant prit la main de Mathilde. C’est un bâtiment de brique et de pierre commencé en 1578 par Henri de Guise et Catherine de Clèves. Ce sera une des résidences favorites de Louis-Philippe. Le château abrite la mairie où nous nous sommes mariés le 2 juin 2007, il abrite aussi le musée Louis Philippe.

   

   

   

   

Derrière le château, le jardin à la française avec une magnifique roseraie. Derrière les jardins, le parc garni de hêtres, rhododendrons et azalées plantés par Louis-Philippe.

   

   

L’hôtel Dieu (communautédes sœurs hospitalière fondée en 1654) est situé plus bas en passant par la rue de l’abbaye.  

   

   

La chapelle du collège,aujourd’hui lycée porte le nom des frères Anguier, anciens élèves. La chapelle,élevée en 1626 par Catherine de Clèves présente une façade Louis XIII.

   

La chapelle St Laurent est installée quant à elle, sur le coteau qui fait face à la ville.

Aux alentours, la forêt d’Eu est composée de hêtraies étalées sur le plateau entre la Bresle et l’Yères. On y trouve aussi la bonne entente, un hêtre et un chêne dont les troncs ses sont accolés, le Chesnes à Leu.

Le chemin vert du petit caux est un itinéraire de randonnée parallèle à la côte, qui suit le parcours d’une voie ferrée mise hors service. Entre Eu et St Quentin au Bosc, 17km de chemin entretenu par des associations de randonneurs.